Skip to Primary Content Skip to Footer Navigation
loading

traduction française

Traduit par Delphine Brandt

Lien vers toutes les traductions

Traduit par Delphine Brandt
#16 Traduit par Gianni Santin de La Réunion

1. ROUTES COMMERCIALES AMERINDIENNES
Bien avant que la U. S. Route 66 permette aux voyageurs des allers et retours, les tribus amérindiennes ont créé les premières «routes». Des sentiers déjà bien utilisés ont servi de routes commerciales reliant la zone de l’actuel Arizona à l'océan Pacifique. Un vaste réseau de routes existait, avec les tribus qui voyageaient sur de nombreux kilomètres pour échanger des trésors dans tous les coins de l'Ouest. Des coquillages, des pierres précieuses et semi-précieuses, ainsi que des paniers tissés étaient quelques-uns des biens utilisés comme monnaie. Des informations sur la vie des Amérindiens ont été enregistrées la première fois en 1604 par Juan de Onate, qui fut le premier Européen a visiter cette région. Des détails ont été ajoutés en 1776, quand un missionnaire franciscain nommé Fr. Francisco Garces est arrivé dans la région. Les tribus locales telles que les Mojave, Hualapai et Havasupai ont accueilli le missionnaire, partagé avec lui leur route vers l'océan Pacifique, et l'ont aidé durant son voyage à travers leurs terres à l'est des villages Moqui (Hopi).

Route 66 follows early Native American trade routes

2. LES 35eme PARALLELE
Fr. Grace est considéré comme le premier européen à avoir utilisé ces vastes routes commerciales. Les récits de son journal de bord ont rendu compte de la vie dans une terre inconnue.  Aujourd'hui la zone qui entoure ces premières routes commerciales est connue comme « le 35e parallèle » indiquant la latitude qui traverse le Nord de l'Arizona. Le 35e parallèle a servi historiquement de fondation pour les voyages est/ouest, en commençant par la route « Beale Wagon Road », la vieille route nationale d’échange « National Old Trails Highway » et finalement la partie sud-ouest de l'US Route 66.
Les Indiens d ‘Amérique ont clairement choisi de développer leurs routes avec à cœur le paysage, comme l’illustre certaines portions de la Route US 66. Allant des rives du fleuve Colorado aux montagnes  noires d’Oatman, des vallees et montagnes de Kingman aux grands pins de Flagstaff et évidemment le « Painted Desert ».

3. LES GRANDES MIGRATIONS
Au fils du temps de nombreux voyageurs ont cheminé péniblement à travers cette région. Des hommes comme des trappeurs ou orpailleurs erraient constamment dans L’Arizona du Nord et la région de la rivière Colorado en quête de découvertes de valeur. De 1810 à 1820, les Grandes Migrations ont attiré un grand nombre de colons à travers les sentiers de plus en plus nombreux des Amérindiens. Avec les rumeurs des terres disponibles dans l’Ouest les américains commençaient une longue tradition : se diriger vers la côte  Pacifique.Plus tard, en 1851, capitaine Lorenzo Sitgreaves a fourni la première cartographie technique de la région. Ses nombreux mois de recherche se conclurent avec une recommandation : la construction d’une route le long du 35e parallèle plutôt que sur d’autres sentiers existants dans l’Ouest.  Les conclusions de Sitgreaves lui ont valu une place dans l’histoire de la Route 66. Le col éponyme s’élevant à 3,652 pieds se situe aux abords d’Oatman et reçu son nom en son honneur.

4. LIEUTENANT EDWARD F. BEALE DE LA CORPOR
Avec les années 1800 de plus en plus de gens émigrent vers l’Ouest et la nécessité d'une route “résistante à l’hiver” devient de plus en plus nécessaire. En 1857 le secrétariat à la guerre sous la présidence Buchanan attribue un contrat à l'ancien lieutenant de marine Edward F. Beale pour étudier et développer une telle voie. L'itinéraire suivra d’aussi près que possible le 35eme  parallèle ce qui a été déterminé comme étant assez loin au sud pour obtenir une route à l’épreuve des intempéries tout en n’étant pas trop au sud pour éviter d’être fortement influencé par des sympathisants rebelles sudistes de l'Arizona.
En suivant les indications du capitaine Lorenzo Sitgreaves 1851 comme guide le lieutenant Beale et son équipe ont commencé leur mission depuis Fort Defiance, New Mexico Territory, avec un équipage de 44 hommes, 12 wagons et une colonne de 120 animaux.
En plus des chevaux, des mules et des chiens dans la caravane, il y avait 25 chameaux, tout  frais venu d'Egypte. Une partie de la mission de Beale était de tester des chameaux dans le sud-ouest à des fins d’usage militaire.

Lt. Beale Camel Corps

5. BEALE WAGON ROUTE
Avec l'aide de quelques guides assez mal informés, et la performance exceptionnelle des chameaux, l'équipage de Beale atteint la rivière Colorado au 49ème jour de leur voyage.  Beale fit plusieurs autres voyages grâce à cette voie au cours des années suivantes  pour faire des ajustements, notamment pour raccourcir les distances entre les points d’eau et améliorer les zones difficiles.
Le résultat de cette expédition fut le « Beale Wagon Road », la première route carrossable financé par le gouvernement fédéral américain. Au coût de 50 000 $ pour une route de 400-miles, (ou 125 $ par mile,) l'achèvement de ce projet fut un exploit remarquable. Comparer ce montant à une autoroute moderne, comme la nouvelle autoroute « Boston Central Artery » à dix milliards de dollars pour 7 miles dont le coût est d'environ 22.500 $ par pouce de route.
Les sections du « Beale Wagon Road » sont encore visibles aujourd'hui, et sont accessibles à partir de plusieurs points le long de la Route 66.

6. LES EPREUVES DES PIONNIERS
Bien sûr, un voyage vers l'ouest dans les années 1850 n’avait rien d’une  croisière sur la Route 66 des années 1950, bien que les chemins étaient presque les mêmes. Le luxe de la nourriture, des abris et de l'eau si facilement disponibles le long des rues des villes américaines  étaient des défis absolus pour les pionniers.
Trouver de l'eau a toujours été d'une importance primordiale pour les familles et les animaux tributaires d'un approvisionnement suffisant. Le voyage quotidien était limité par la longue distance entre les sources d’eau naturelles ou d’autres sources d'eau. Les voyageurs étaient souvent obligés d'attendre la saison des pluies avant de continuer.
Les conflits avec les Amérindiens étaient également courants avec le nombre de colons formant un flux constant à travers les terres indigènes. Des récits décrivent des événements pendant lesquels les voyageurs maltraitaient les tribus locales et par conséquent souffrirent en retour, tandis que les autres groupes qui traitaient correctement les tribus ont été accueillis chaleureusement. Les conflits de personnalité et la peur des deux côtés dictaient la fréquence des conflits. Sentiers rugueux, wagons branlants, des animaux et les hommes malades, le vol et les pénuries alimentaires ont également contribués aux difficultés rencontrées par ces familles  déterminées à aller vers l’Ouest.

7. LE PREMIER WAGONS
En 1858, quelques mois seulement après que l’équipe de L.T. Beale eu terminé le travail d'enquête initiale sur la route des chariots, les voyageurs étaient déjà impatients d'utiliser cette nouvelle voie améliorée  appelée “Beale Wagon Road”.
L’un des premiers groupes à tenter cette nouvelle route fut composé de plusieurs familles qui voyagèrent  ensemble sous la direction de L. J. Rose.  Le prix d’un guide à engager, la recherche de l'eau et la dureté de la vie quotidienne devinrent un peu moins pénibles au fur et à mesure que ces familles se mettaient à travailler ensemble. Bien entendu, il  y avait aussi «la sécurité du nombre” pour ceux qui traversaient un pays inconnu.
En approchant de la rivière Colorado, les familles se séparèrent  en groupes plus petits, désireux de laisser leurs animaux s’approcher de l’eau. Les Indiens Mojave, probablement incités par des sources extérieures, se méfiaient de ces groupes de familles et ont peut-être cru qu'ils allaient  essayer de s’installer sur leurs terres.

8. COLONS & GUERRE INDIENNES
Les Indiens attaquèrent ; 8 ou 9  émigrants furent tués, 15 ou 16 blessés. Les pertes parmi les Mojave ne furent pas décomptées mais furent  probablement plus élevées. Face au nombre des Indiens et à leur persistance à être agressifs les émigrants ont dû abandonner la plupart de leurs équipements et animaux et, épuisés, battre en retraite dans les montagnes. Regroupées avec d autres survivants, les familles terrifiées, fatiguées, prirent  le chemin du retour vers l'est, et joignirent plusieurs autres convois convaincus de retourner en arrière et revenir à Albuquerque.  La nouvelle du massacre du groupe de L.J.Rose engendra peur et indignation aux Etats Unis.
De nouvelles mesures devaient être prises pour protéger les centaines de familles de migrants voyageant sur la Beale Wagon Road. En 1859 Fort Mohave fut établi sur la rivière Colorado, et fut une bonne méthode pour protéger les voyageurs apeurés. Il est intéressant de lire les notes de Beale rédigées en 1857 où il indiquait qu’il estimait qu’une présence militaire serai nécessaire au niveau de la rivière Colorado pour protéger les migrants d’attaques possibles des Mojave.

The Indians attacked and 8 or 9 of the emigrants were killed with 15 or 16 wounded.

9. PRAIRIE SCHROONER
Les chariots couverts généralement utilisés par les pionniers étaient souvent appelés «schrooners des Prairies», car des chariots couverts traversant les prairies ressemblaient à des bateaux traversant un océan. Le chariot des pionniers typique ressemblait beaucoup à un chariot de ferme avec un cadre supérieur  en cerceau fixé où reposait la bâche. Lorsque ces chariots étaient chargés de marchandises pour un long voyage,  Ils ne disposaient  généralement pas d'espace pour les passagers. Par conséquent, la plupart des pionniers vers l’ouest  marchaient aux côtés de leurs chariots.

Prairie Schooner on display in the Arizona Route 66 Museum

10. L'ENTRÉE DE LA VOIE FERREE
La venue du chemin de fer fut synonyme d’une croissance rapide pour les zones situées le long de la “Beale Wagon Road”. Les trains transportaient des marchandises en provenance des nombreux ranchs et mines de tout l'Ouest.
C’est en 1866 que l’exploitation de la ligne originale du chemin de fer le long du 35eme parallèle a été confiée à l'Atlantique et Pacific Railway. Plus tard lorsque le chemin de fer A & P connu des difficultés financières, l'Atchison, Topeka et Santa Fe ont acheté une participation majoritaire dans la société. De 1880-1883 Lewis Kingman a sondé la route d’Albuquerque jusqu’ à la rivière Colorado, en traversant la rivière à Needles en Californie. Des lors  la nouvelle ligne se connectait  avec la ligne du Pacifique Sud, permettant une distribution  fiable à travers le pays des biens et services.
Alors que le chemin de fer n’était que purement une innovation fonctionnelle il représentait aux yeux des migrants une sorte de liberté et de puissance. Se déplacer vers l'ouest était séduisant ; se déplacer rapidement était, pour la plupart, inimaginable. Ce n’est pas un hasard, si la Route 66 représente cette même liberté que représentait le chemin de fer à la fin du siècle; tous les deux partagent  ce même terrain encore vierge mais aussi un certain talent pour attiser la curiosité du voyageur curieux.
En 1915, lorsque le Old National Trails Highway devient la  première route à desservir  “coast to coast  d’une cote a l’autre, les voyageurs se retrouvent alors à longer le chemin de fer et les gros moteurs des locomotives. Des portions de cette route, on servi plus tard en 1926 au nouvel alignement de la Route 66, à travers l'Arizona du Nord et a donné aux Américains leur première expérience de conduite “shot gun” (passager devant  à côté de la fenêtre) avec les trains (un passe-temps qui est encore bien vivant le long de l'historique Route 66 ).
Le chemin de fer sera toujours associé avec l'Ouest, car il a joué un rôle crucial dans le développement de  plusieurs  villes. Des trains de marchandises et de passagers , y compris le Santa Fe, suivent encore parallèlement la «Mother Road», et près de 80 trains passent  juste à l'extérieur de ce bâtiment chaque jour, comme  vous vous êtes peut être déjà rendu compte!

11. NOUS AVONS BESOIN DE BONNES ROUTES
L'amour américain pour l'automobile a commencé avec la première voiture sortant des chaines d’assemblage et cette histoire d’amour n'a jamais tourné au vinaigre. Avec l'avènement des voyages motorisés  il est devenu évident que nous avions besoin de routes et de beaucoup ! Dans presque tout le pays des associations ”Des Bonnes Routes” naissaient et L’Arizona n’a pas fait exception. Les associations  Des Bonne Routes  du  Nord et du Sud de l'Etat rivalisaient pour obtenir  les fonds disponibles. Mohave County était représenté par le Dr John Whitehead et Tom Devine, le père de l'acteur de cinéma Andy Devine. Ils ont, avec des représentants d'autres comtés du nord, été assez convaincants pour obtenir de l'argent afin de construire et améliorer la portion nord de l'Arizona du vieux Trails Highway. Cette route a fini par devenir la Route 66.

ca 1920 - Residents leveling in preparation for National Old Trails Hwy, what would become Route 66, courtesy of the Mohave Museum of History & Arts.

12. LES RAISINS DE LA COLÈRE 
...  et par le canal des routes adjacentes, les chemins tracés par les charrettes et les chemins vicinaux creusés d’ornières les déversent sur la 66. La 66 est la route-mère, la route de la fuite.’’
Ces mots du roman de John Steinbeck "Les raisins de la colère", ont  à jamais  immortalisés la Route 66 comme  partie intégrante de l'histoire et de la culture américaine.
La Grande Dépression, qui a suivi le crash boursier  de 1929  a entraîné des conditions difficilement imaginables. Sans assurance-chômage ou sécurité sociale, avec des banques défaillantes, des maisons saisies, et leurs économies disparues, de nombreuses familles démunies ont été expulsées de force de leur environnement déjà sombre. N’ayant nul autre choix, ils ont chargé leurs maigres biens et ont pris la route à la recherche d'emplois. La Route 66 est devenue la bouée de sauvetage pour un avenir meilleur "dans l'Ouest."
La prospérité était censée être juste au coin de la rue, mais beaucoup ont  fait le long voyage pour la  Californie en tacots délabrés  seulement pour revenir en arrière après avoir constaté la pauvreté et le désespoir. Ce triste chapitre dans la vie de la Route 66 a continué  tout au long des  années 1930 jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale qui a provoqué un nouveau sentiment national, un but et de l'emploi  pour les  chômeurs.

13. DUSTBOWL
Le Midwest des États-Unis a connu l’une des pires sècheresse de son  l'histoire de 1931 a  1939. En même temps que les cultures mouraient, les «blizzards noirs»  ont commencés. Comme illustré par cette photo de Rollon au Kansas, des nuages de poussière de plusieurs kilomètre de haut soufflaient à travers les plaines, couvrant tout d’un limon fin et  sec. Les cultures cessaient de pousser, les animaux et les hommes devenaient fous à cause du vent et de la poussière. La désolation et la destruction des tempêtes de poussière, combinées à la Grande Dépression entrainent alors les populations a quitter  leurs fermes à la recherche d’une vie meilleure  en longeant  la Route 66, la mère de toutes les routes, jusqu’en Californie. Plus de 200.000 personnes ont fui à l'ouest pour la Californie mais moins de 16.000 de ces migrants de la  poussière y  sont restés. La plupart étantrentrés chez eux après quelques mois. La Route 66 devint encore plus importante  pour ceux  restés dans le Midwest. La construction des autoroutes faisait partie du  programme “New Deal” de Roosevelt pour la reprise du travail et la reprise de l économique. De 1933 à 1938, les hommes sans emploi de chaque État ont été embauchés comme ouvriers sur les équipes de la route. Par conséquent, en 1938, la  Route 66 fut déclarée  comme entièrement pavée de Chicago à Los Angeles.

By Credit: NOAA George E. Marsh Album - Source: original upload 7 March 2005 in english wikipedia by w:en:User:Brian0918; there from http://www.photolib.noaa.gov/htmls/theb1365.htmSource: original upload 7 March 2005 in english wikipedia by w:en:User:Brian0918; there from welding training, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=235911

14. UNE VIE MEILLEURE?
La sécheresse et la dépression au cours des années trente conduisit plus de 200.000 personnes a quitter le Midwest pour la Californie dans l'espoir d'une vie meilleure. Pour la plupart, la vie qu'ils ont trouvée n’était pas meilleure. Ils se réunissaient dans des camps de migrants pour en y être chassés par la police chargée de les forcer à partir. Sur la route 66 à la frontière entre la Californie et l’Arizona se trouvait un panneau officiel de l'état de Californie, indiquant aux migrants de rebrousser chemin car ils n’étaient pas les bienvenus. Contrairement à la croyance populaire, seulement 8% de ceux qui ont émigré en Californie y sont restés. En quelques mois, la plupart sont retournés dans le Midwest.

15. LA SECONDE GUERRE MONDIALE
La Route 66 a été achevée de Chicago à Los Angeles en 1938. L'achèvement du revêtement à la veille de la Seconde Guerre mondiale a été très important pour l'effort de guerre. Les routes en bon état  étaient nécessaires pour une mobilisation rapide pendant la guerre. Au début de la Seconde Guerre Mondiale, l'armée a choisi l'Ouest pour la plupart de ses bases de formation à cause du beau temps et de  l'isolement géographique. Plusieurs d'entres elles, y compris l’école d'artillerie  de Kingman Army Airfield, étaient situées sur ou près de la route 66. L'affectation militaire des chemins de fer pendant la guerre a favorisé  un boom de l'industrie du camionnage. Alors que la production automobile a chuté de 3,7 millions en 1941 à 610 voitures rationnés en 1943, la production de camions capables de transporter 300.000 livres ou plus a augmenté. Cinquante pour cent de tous les équipements militaires ont été transporté par camion au cours des années de guerre. Ce ne fut pas rare de voir des convois de plusieurs kilomètres  de long transportant des troupes et de l'équipement sur la route  66.

Bugs Bunny was the Kingman Army Airfield Base Mascot on WWII

16. 1950 STUDEBAKER CHAMPION 4DR.
Prix de vente conseillé $1,487.00
La Champion était la voiture à bas prix de Studebaker.
En 1852, les frères Studebaker ouvrirent un atelier de ferronnerie à South Bend, dans l’état d’Indiana. Ils fournissaient des wagons à l’armée Américaine durant la Guerre Civile. En 1868, quatre des frères Studebaker fondèrent la société Studebaker Brothers Manufacturing Co. A l’aube du vingtième siècle, l’usine Studebaker commença la production de voitures électriques et à essence. 
En 1954, les sociétés Studebaker et Packard Corp. fusionnèrent pour former l’entreprise Studebaker-Packard Corp. Le rêve était de créer la quatrième plus grosse entreprise automobile pour concurrencer General Motors, Ford & Chrysler. Le rêve vira au cauchemar. La Packard, autrefois au top des ventes de voiture de luxe en Amérique disparut en 1958. La société Studebaker cessa la production en 1966.
Studebaker fut la seule entreprise à prospérer depuis le temps des wagons des premiers colons jusqu’à l’ère des automobiles de prestige en 114 ans d’histoire.

1950 Sutdebaker on display in the Arizona Route 66 Msueum

17. BURMA-SHAVE
En 1925, Al Odell, dans un effort pour sauver l'entreprise de crème à raser de son père, achète un tas de panneaux d’occasion,  et y écrit des slogans publicitaires, les enfonce dans le sol et les cloue sur des piquets. Ainsi, est né le premier des panneaux publicitaire Burma-Rasage. Les premiers panneaux ne sont pas des rimes ou des jeu de mots, mais une prose simple:

RASEZ DE FACON MODERNE
FIN POUR LA PEAU
LES DROGUISTES L’ONT
LA CRÈME À RASER BURMA

Très vite  la prose tourne à la poésie et la lecture des signes Burma-Rasage devient un passe-temps national. Les voyageurs retiennent les rimes et les scandent avec joie en attendant de croiser un nouveau slogan. Les vers non seulement promouvaient Birma-Rasage, mais la société utilisait également les panneaux pour les messages de service public:

PASSER
ECOLE
ALLEZ DOUCEMENT
LAISSER LES PETITS
RASOIRS GRANDIR

Mais la plupart des signes étaient, au sujet de la peau douce et lisse des hommes:

IL EST LE GARÇON
QUE LES FILLES OUBL AIENT
SES PAROLES
ETAIENT DOUCES
SON MENTON NE L’ETAIT PAS.

Les temps changent et les méthodes de rasage. L'entreprise se trouve alors en difficulté financière. Au début de l’année 1963, la société est  vendue à Phillip Morris, Inc. Les panneaux Burma-Rasage ont-ils  tous disparu? Regardez bien le long des routes secondaires lorsque vous voyagez.
  Ce n’est pas dit que vous ne puissiez pas encore en trouver.

LES SIGNES DE RASAGE BURMA- SHAVE
VOUS POURRIEZ LES VOIR
SUR LES ETAGERES
DE CERTAINS
MUSÉES

Burmashave sign along Route 66 in Arizona

18. APRÈS LA GUERRE
Les perturbations causées par la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale n’ont pas diminué avec le temps et la  paix. Après la guerre, les Américains étaient plus mobiles que jamais. Beaucoup d'hommes qui avaient été formé a l’Ouest pendant la guerre ont décidé de passer de la Snowbelt (ceinture de neige) à la Sunbelt (ceinture de soleil). De 1945 à 1960, la croissance de la population le long de la Route 66 variait de 40% au Nouveau-Mexique à 74% en Arizona.

19. COMMERCE ROUTIER
La croissance phénoménale créé  beaucoup de commerces le long des routes. Les stations d'essence, les motels et les restaurants routiers  ont tous vu le jour au cours des années de guerre et ont commencé à se multiplier pendant les belles années 1950 et 60. Les campings sont devenus  des motels avec des restaurants adjacents  et des piscines. Les stations-service  à une ou deux pompes ont commencé à offrir des aires de service complets.

mom 'n pop shops on display in the Arizona Route 66 Museum

20. CROISSANCE DU COMMERCE
Hôtels-restaurant  et cafés de centre-ville cèdent la place aux restaurants de bords de route et Drive-in. D’autres commerces de bords de route  comme les traiding posts, les épiceries/magasins d’alimentation, des services de réparations, des boutiques de souvenirs, et des ciné-parcs ont fait leur apparition sur les routes. Voyager sur la Route 66 était une expérience passionnante et intéressante avec beaucoup de choses à voir et à faire.

21. FIN D'UNE ÉPOQUE
En 1957, le président Eisenhower  créé le Système National des Routes Interstate. Inspiré par l'Autobahn allemande, Eisenhower imagine une route à grande vitesse qui permettra  aux  véhicules de traverser le pays d'une manière plus directe. Le rythme tranquille du voyage et de l'anticipation de l'aventure sera remplacé par la vitesse et la prévisibilité.
Il faudra cinq autoroutes distinctes pour remplacer la Route 66. La route historique sera ignorée et  pavée. Aucune importance ne sera apportée à l’aspect historique de cette ancienne route, comme la plupart des grandes routes connues des Etats-Unis,  elle est devenue alors obsolète. Enterrée et contournée, tout comme des morceaux de vie américaine, une mémoire, des points de repère et des rêves.
En 1984, l'Interstate 40 dans le nord de l'Arizona est ouverte et, comme avec tout nouveau jouet, elle est immédiatement préférée à la familière et originale Route 66. Le service de l'autoroute supprime ou modifie les signalisations, les fabricants de cartes retirent la route de leurs cartes, et des villes qui naguère étaient en plein essor se retrouvent soudainement coupées des voyages de l'Amérique. En Arizona, des villes comme Winslow, Williams, Ash Fork, Seligman, Peach Springs, Truxton, Valentine et Hackberrry ont été contournées et se retrouvèrent alors en danger de disparaitre avec la poussière.
La combinaison de voyages avec l'autoroute et l'aviation a sonné le glas des vacances en famille tranquille sur la route. Les arrêts repos ne sont plus dictés par les attractions uniques et séduisantes le long de la route, mais par de grands panneaux indicatifs. Aujourd'hui, la nourriture, les stations essences, les hébergements presque identiques d'un État à l’autre, et la fadeur de la conduite  sur un tronçon banal d'autoroutes est désolant. Après tout, combien de chansons ont été écrites avec à l’esprit  le mystère de l'autoroute?

I-40 replaces Route 66


Lien vers toutes les traductions

1